2018-07-23

Comment éviter la surenchère quand on recherche une propriété

Un signe «vendu» devant une maison. Un signe «vendu» devant une maison.

Au cours des dix dernières années, la concurrence s’est fortement accrue au sein des grands marchés immobiliers canadiens.

L’augmentation substantielle des prix et le resserrement des règles hypothécaires rendent très difficile la recherche d’une propriété.

Qui plus est, la surenchère peut entraîner un sentiment de désillusion chez les acheteurs obligés de renoncer à l’achat une maison qui devrait en principe se trouver dans leur fourchette de prix.

Malgré une récente accalmie, il n’est pas rare de voir des acheteurs se livrer une concurrence effrénée. Il y a toutefois des choses que vous pouvez faire pour éviter d’être pris dans une guerre des enchères.   

Comprendre le prix affiché

La plupart des acheteurs ont une série de critères, mais la recherche d’une propriété commence généralement par l’établissement d’un budget.

Un acheteur disposant d’un budget de 700 000 $ n’envisagera probablement pas d’acquérir une maison affichée à 799 000 $. Il ciblera plutôt les propriétés dont le prix se situe légèrement en dessous ou au-dessus de 700 000 $. C’est là qu’une guerre des enchères peut naître.

Souvent, le vendeur fixe un prix de vente nettement en dessous de la valeur réelle dans le but de créer une surenchère. Cette façon de faire accroît l’intérêt des acheteurs pour la propriété et peut améliorer les chances que plusieurs tombent sous son charme.

Sous-estimation volontaire de la valeur de la propriété

Prenons l’exemple d’un vendeur qui croit pouvoir obtenir 800 000 $ pour sa maison, mais qui en demande 699 000 $. Ce faisant, il attire les personnes qui disposent d’un budget entre 700 000 $ et 800 000 $, si bien que le nombre d’acheteurs potentiels passe du simple au double.

Le montant de certaines offres pourrait dépasser la valeur réelle de la maison, ce qui aurait pour effet d’écarter les acheteurs dont le budget se situe près du prix affiché.

« Il arrive qu’une propriété soit mise en vente à un prix inférieur à sa valeur réelle et qu’elle soit vendue à un prix supérieur à celle-ci. Devenue hélas une pratique de marketing, cette méthode permet au vendeur et à son agent d’affirmer avoir obtenu un montant supérieur à celui demandé », a expliqué au Globe and Mail Richard Silver, agent chez Sotheby’s International Realty à Toronto.

Un bon moyen d’éviter de tomber dans le piège de la surenchère consiste à faire des recherches sur les propriétés récemment vendues dans le quartier. Si toutes les propriétés du secteur ont été vendues autour de 800 000 $, il y a fort à parier que le vendeur demande 699 000 $ pour la sienne afin de lancer une guerre des enchères.

Se fier à son agent

Le rôle de votre agent immobilier est de chercher dans le quartier convoité les propriétés dont le prix correspond à votre budget, mais aussi de fournir d’autres types de renseignements. Il peut ainsi communiquer avec l’agent du vendeur pour connaître les raisons qui motivent la mise en vente d’une propriété.

Ce dernier pourra lui indiquer si son client souhaite conclure ou non une vente rapide ou encore s’il cherche à obtenir un prix supérieur au prix affiché. Vous pensez peut-être qu’une propriété se situe dans votre fourchette de prix, mais il est possible que le vendeur ne soit nullement pressé de vendre et qu’il cherche à tirer profit du marché concurrentiel. En ayant une meilleure idée du prix réel de la propriété, vous pourrez décider en toute connaissance de cause s’il vaut la peine de déposer une offre. Cette information pourrait vous éviter d’entretenir de faux espoirs.

Prendre les devants et faire une offre

Il s’agit d’une stratégie audacieuse qui poussera le vendeur à réfléchir.

Certains vendeurs fixent une date à laquelle les acheteurs pourront faire une offre. Une offre dite proactive est déposée avant cette date et son montant est généralement supérieur au prix demandé. Autrement dit, votre offre sera probablement l’une des premières que le vendeur recevra. Ce dernier aura alors le temps d’y réfléchir ou courra le risque d’obtenir un montant moindre à la date qu’il s’est fixée.

Dans une telle situation, vous ne ferez pas nécessairement l’affaire du siècle, mais il se peut que votre offre satisfasse le vendeur et qu’il l’accepte sans attendre de recevoir d’autres propositions. De cette façon, vous vous éviterez les frustrations inhérentes au processus d’offres et de contre-offres.

Cette approche présente peu d’inconvénients. En effet, si votre offre est refusée, vous pourrez toujours en présenter une nouvelle à la date fixée par le vendeur. Celui-ci pourrait même revenir vers vous si aucune des offres reçues ne lui convient.

Évaluer le potentiel de la propriété

Vous pensez peut-être qu’une maison qui n’est pas prête à vous accueillir et qui nécessite d’importantes rénovations n’est pas un bien immobilier très convoité; or ce n’est pas toujours le cas.

Si vous croyez que peu d’acheteurs s’intéresseront à une propriété parce qu’elle se trouve en piteux état et que vous pourrez ainsi faire une bonne affaire, il importe de garder certaines choses à l’esprit. D’abord, prêtez attention au secteur. D’autres maisons du quartier ont-elles été reconstruites récemment? Il est possible qu’un entrepreneur ait cette propriété dans sa mire et souhaite la démolir pour faire place à une construction neuve qu’il vendra rapidement. Si c’est le cas, attendez-vous à ce que cet entrepreneur dépose une offre élevée.

Ce ne sont pas seulement les entrepreneurs qu’il faut surveiller en pareille situation. Des investisseurs pourraient avoir l’intention de rénover la propriété visée et de la revendre en empochant un profit. Si la maison a une entrée distincte pour accéder au sous-sol et qu’elle ne nécessite pas de grands travaux, une personne pourrait décider de l’acheter pour en faire une propriété locative. De tels investisseurs peuvent également déposer des offres élevées, puisqu’ils auront probablement recours à la location pour les aider à rembourser le prêt hypothécaire.

Parfois, une propriété est bien plus intéressante qu’il n’y paraît de l’extérieur. Si vous y voyez du potentiel, il est fort probable que d’autres personnes en voient aussi.

Il n’existe finalement pas de solution parfaite pour éviter une guerre des enchères. Rechercher une propriété n’est jamais facile, mais en apprenant à anticiper le prix auquel une maison se vendra, vous vous éviterez, espérons-le, des déceptions lors de vos démarches.

Ces renseignements sont de nature générale et visent uniquement à informer. Il est recommandé de consulter un conseiller juridique, comptable ou fiscal pour une situation particulière.
 

Parlez à un expert

Vous ne vous sentez pas en confiance par rapport à votre situation financière? Vous pouvez parler avec un de nos conseillers en sécurité financière, qui travaillera avec vous pour établir un programme de sécurité financière adapté à vos besoins.

Communiquez avec un conseiller en sécurité financière